Madame

Plancton

© 2019 Madame Plancton
 Tous droits réservés
Rechercher
  • Rachel Hussherr

La disparition du grand pingouin

Éteint depuis 1884, le grand pingouin n’a pas survécu à sa cohabitation avec l’homme, lequel est probablement l’unique responsable de son extinction. Il aura suffi de 350 ans aux colons pour éradiquer une espèce autrement prospère. Que s’est-il passé ?


La communauté scientifique s’en doutait depuis un moment : la disparition du grand pingouin, dont le dernier couple a été observé en 1884, serait liée à l’arrivée des colons européens en Amérique du Nord. Une étude récente pose toutefois un regard plus sévère sur le rôle joué par l’homme dans cette triste affaire. Nous pourrions tout à fait être les seuls responsables de cette extinction.


Les grands pingouins vivaient jadis dans l’Atlantique Nord et se rassemblaient en colonies sur les côtes rocheuses de Terre-Neuve, des îles de la Madeleine ou de l’Islande au moment de la reproduction. Excellent nageur, mais piètre marcheur, cet oiseau trop gros pour la taille de ses ailes était incapable de voler. Il représentait une proie facile pour les marins en quête de nourriture fraîche suite à une longue et périlleuse traversée de l’océan.


Pour les scientifiques, il ne faisait aucun doute que l’homme avait précipité cette extinction. Une interrogation persistait cependant : était-il le seul responsable, ou le grand pingouin était-il un animal d’ores et déjà en déclin avant la chasse effrénée dont il a été l’objet entre le 16e et le 19e siècle ? En analysant des échantillons d’ADN issus d’ossements de cet oiseau, les scientifiques n’ont trouvé aucun indice révélant un état précaire des populations avant le massacre. Les grands pingouins prospéraient.


Estimée à plusieurs millions d’individus avant l’arrivée des colons au 16e siècle, l’espèce n’a pas résisté 350 ans avant d’être rayée de la carte. Chassés pour leur chair, leurs plumes, leurs œufs, leur duvet ; utilisés comme appât pour la pêche commerciale et prisés ensuite des collectionneurs lorsque l’oiseau devint menacé, les grands pingouins n’avaient que peu de chances de survie face à l’homme. Grâce à des simulations par ordinateur, des chercheurs ont démontré que cette chasse excessive aurait pu à elle seule provoquer l’extinction de cet animal.


Malheureusement, le grand pingouin n’est pas le seul à avoir connu une cohabitation désastreuse avec l’homme. De nombreuses espèces ont subi le même sort. Même les volatiles actuels semblent y laisser des plumes : l’Amérique du Nord aurait perdu 3 milliards d’oiseaux depuis 1970, selon une autre étude parue en septembre 2019. Une 6e extinction est-elle en branle ?


#faune #etudescientifique #extinction #biodiversite

Publié le 13 décembre 2019 sur le site internet de Québec Science